Connect with us

CBD

Le cannabis peut-il traiter la colite et la maladie de Crohn ?

Introduction

Nous avons tous ressenti, au moins une fois dans notre vie, des désagréments tels que la constipation ou des douleurs abdominales. Ces symptômes sont déjà assez désagréables, mais imaginez maintenant qu’ils deviennent une situation chronique. C’est terrible, n’est-ce pas ? Eh bien, il y a quelques maladies comme la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn, toutes deux très similaires et connues collectivement sous le nom de maladies inflammatoires de l’intestin (MII), qui causent beaucoup d’inconfort. Le cannabis a un rôle à jouer dans leur traitement.

Cette pathologie n’a pas de remède spécifique, mais des traitements existent pour atténuer les symptômes et permettre aux patients d’avoir une qualité de vie aussi bonne que possible. Cependant, il y a ceux qui ne pensent pas que les médicaments ordinaires apportent le bien-être attendu d’eux, et qui ont donc opté pour des thérapies alternatives, comme la consommation de cannabis. Voyons comment cette plante peut aider au traitement des MII.

Que sont la colite et la maladie de Crohn ?

Les maladies inflammatoires de l’intestin (MICI) sont des troubles chroniques qui touchent un grand nombre de personnes dans le monde. Elle peut être subdivisée en deux types : la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Ces deux maladies sont très inconfortables et provoquent, parmi leurs principaux symptômes, de la diarrhée, de fortes douleurs abdominales, de la fatigue et une perte de poids involontaire.

La première affection, appelée maladie de Crohn, provoque une inflammation du tractus gastro-intestinal, qui peut donc aller de la bouche à l’anus. Elle peut se manifester en alternance, avec des saisons asymptomatiques et d’autres au cours desquelles la personne ressent une grande gêne.

La colite ulcéreuse est la forme la plus courante des MII. Cette affection n’est pas liée au sexe ni à l’âge, bien qu’elle soit plus fréquente chez les femmes. Le risque de développer une MII augmente s’il y a eu une infection gastro-intestinale. Les MII sont traitées par des médicaments, des régimes et des thérapies spécifiques, mais des recherches récentes ont montré que la médecine alternative avec le cannabis peut être très efficace pour traiter ces affections.

Que sont le cannabis et les cannabinoïdes ?

Le Cannabis sativa est une plante appartenant à la famille des Cannabaceae, qui est cultivée dans le monde entier. Il a de multiples usages et est utilisé depuis plus de 3000 ans par différentes cultures. Grâce à ses propriétés médicinales, psychotropes, industrielles et récréatives, elle a fait l’objet d’adeptes enthousiastes et de détracteurs acharnés.

Le cannabis sert à tout : la tige ou chanvre est principalement utilisée en médecine, dans l’industrie et dans l’alimentation ; les feuilles et les fleurs, en revanche, sont préférées pour leurs composants hallucinogènes et sont communément appelées marijuana. En fonction des résultats souhaités, il est préférable d’utiliser l’une ou l’autre forme.

Et que sont les cannabinoïdes ? Il s’agit des composés chimiques du cannabis qui lui confèrent toutes ses propriétés. Le THC, le CBD, le CBG, le CBN et le THCV en sont les principaux, parmi les plus de 400 qui ont été découverts. Ces cannabinoïdes remplissent différentes fonctions chacun de leur côté, mais fonctionnent aussi très bien ensemble en synergie. Le THC est le principal psychoactif, mais les autres cannabinoïdes ont peu ou pas d’effet.

Le système endocannabinoïde et les MII

Vous vous demandez probablement quel est le rapport entre le cannabis et les MII, ou comment cette plante peut agir dans l’organisme. Eh bien, tout cela fait partie du système endocannabinoïde ou SCE. Ce système, présent dans le corps des mammifères, est celui qui régule et maintient des niveaux sains pour le bon fonctionnement de notre organisme.

La SEC est responsable du contrôle des actes physiologiques tels que manger, dormir, ressentir la douleur, ainsi que des processus cognitifs et émotionnels. En outre, ce système joue un rôle important dans la fonction neuromodulatrice du tractus gastro-intestinal.

L’activité de la SEC est déterminée par les récepteurs CB1, CB2 et anandamide, qui, lorsqu’ils sont activés dans les MICI, inhibent la sécrétion de liquide et l’inflammation dans le tractus gastro-intestinal. En outre, lorsqu’ils agissent conjointement avec les cannabinoïdes du cannabis, ils peuvent provoquer des réponses antiémétiques, anti-inflammatoires et analgésiques dans le corps.

Quels sont les symptômes des MICI ?

Les symptômes que présentent les personnes atteintes de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse sont très similaires, mais il existe des différences entre les deux maladies.

Par exemple, pour la maladie de Chron, le principal symptôme, sans surprise, est l’inflammation du tractus intestinal. Il peut s’agir de l’intestin grêle ou du côlon. L’inflammation se manifeste par des douleurs abdominales, entraînant une fatigue et un manque d’appétit, ainsi que par des diarrhées sanglantes, voire des diarrhées avec du pus et du mucus. La fièvre peut également être présente, ainsi que la sensation d’avoir besoin de déféquer constamment.

La colite ulcéreuse se compose d’ulcères qui tapissent le côlon et l’enflamment. Des nausées et des gaz sont présents, ainsi que les traditionnelles douleurs abdominales et quelques crampes. D’autres symptômes tels que la diarrhée, la perte de poids ou les saignements rectaux sont également pris en compte.

Pourquoi le cannabis est-il efficace pour traiter les MII ?

Selon différentes études, le cannabis peut aider activement à contrer les symptômes des MICI, grâce à l’action de deux de ses principaux cannabinoïdes : le CBD et le THC. Qu’ils soient utilisés séparément ou ensemble, ils peuvent apporter de très bons bénéfices analgésiques, anti-inflammatoires, antibactériens, calmants et régulateurs d’appétit.

Les recherches montrent que les phytocannabinoïdes constituent une alternative pour les personnes atteintes de maladies inflammatoires de l’intestin, car ils remplissent à peu près les mêmes fonctions que les endocannabinoïdes générés par le corps humain. Dans la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, les cannabinoïdes activent les récepteurs SEC, ce qui atténue l’inflammation et permet une meilleure qualité de vie.

Dans le cas du THC, les études montrent qu’une faible dose peut n’avoir aucun effet, alors que, lorsqu’elle est associée à du CBD, le résultat peut être meilleur qu’une forte dose de THC. L’efficacité varie donc selon le cannabinoïde utilisé, la dose et l’association avec d’autres cannabinoïdes ou médicaments.

Les bienfaits du cannabis pour la maladie de Crohn et la colite

Le cannabis médical présente de nombreux avantages dans le contrôle et l’amélioration de nombreuses maladies et troubles, à tel point qu’il a même été utilisé comme alternative thérapeutique pour les patients atteints du VIH/SIDA, de la maladie de Parkinson, d’Alzheimer et du cancer. Les principaux avantages de l’atténuation des MICI sont les suivants :

Anti-inflammatoire

L’inflammation est le principal symptôme et la cause des MICI. Il a été démontré que le cannabis active les récepteurs cannabinoïdes dans le tractus gastro-intestinal, ce qui contribue à réduire l’inflammation chronique. En ce sens, un traitement soutenu pourrait contribuer à réduire l’inflammation.

Antidiarrhéique

On pense que l’inflammation de la muqueuse intestinale, associée à une augmentation de la sécrétion de liquide, est à l’origine de la diarrhée chez les personnes souffrant de l’une des MICI. L’activation des récepteurs CB1 dans le tractus intestinal par le cannabis peut réduire la motilité et l’émanation de liquide, améliorant ainsi les symptômes de la diarrhée.

Analgésique

Les douleurs abdominales sont une autre conséquence de l’inflammation et sont souvent très fréquentes chez les patients atteints de MICI. Le cannabis peut atténuer la douleur en réduisant les ballonnements et la gravité de la distension abdominale. De cette manière, il soulage également les symptômes de la diarrhée et les spasmes intestinaux.

Stimulant de l’appétit (orexigène).

En raison des nausées chroniques provoquées par la maladie de Crohn, il peut y avoir une perte d’appétit marquée et donc de poids. Le cannabis est connu pour la sensation d’appétit qu’il provoque après consommation, donc en plus de ses bienfaits anti-inflammatoires et analgésiques, il peut réguler la prise alimentaire.

Comment puis-je utiliser le cannabis pour traiter les MICI ?

Il existe de nombreuses façons de consommer cette plante, que ce soit pour ses effets récréatifs ou médicinaux. Le marché offre actuellement une grande variété d’options, du joint traditionnel aux produits comestibles et cosmétiques. Il existe également des médicaments dont les composants actifs sont des cannabinoïdes synthétiques et qui ont été utilisés dans le traitement du cancer ou du sida. En voici quelques exemples :

  • Sativex : contient du CBD et du THC synthétique (dronabinol) et se présente sous forme de spray pour une application sublinguale. Il aide à contrôler la douleur et la spasticité.
  • Marinol et Elevat : l’ingrédient actif est le dronabinol et sont recommandés pour la perte de poids et pour contrôler les nausées et les vomissements. Ils se présentent sous forme de capsules dures. D’autres médicaments similaires sont le Nabilone et le Cesamet.

Ces médicaments sont disponibles dans des pays comme l’Espagne, les États-Unis, Israël, le Canada et le Royaume-Uni. Cependant, vous pouvez rechercher des alternatives plus naturelles si votre pays les autorise. Par exemple, vous pouvez utiliser des teintures de CBD ou de l’huile de CBD, ou l’obtenir également avec du THC et appliquer quelques gouttes sous la langue ou le dissoudre dans d’autres aliments. Le plus important est de consulter votre médecin avant de pratiquer l’automédication, en particulier si vous souhaitez traiter vos maladies intestinales telles que la maladie de Chron ou la colite.

Dans quels pays le cannabis médical est-il légal ?

Si vous avez déjà consulté un spécialiste sur la possibilité de commencer un traitement alternatif au cannabis, vous devez savoir si celui-ci est légal dans votre pays ou votre région. Comme cette plante fait encore l’objet de nombreux tabous et restrictions, principalement en raison de son effet narcotique potentiel, son utilisation est illégale dans de nombreux pays.

Allons-y par zones. Sur le continent américain, plusieurs pays du Cône Sud ont déjà ouvert leurs portes au cannabis. L’Uruguay a fait le premier pas en le légalisant même à des fins récréatives. Mais le cannabis peut également être consommé, ne serait-ce qu’à des fins thérapeutiques, dans des pays comme l’Argentine, la Colombie, le Pérou et le Mexique.

Les États-Unis et le Canada ont également accepté les bienfaits médicinaux du cannabis, bien que la législation puisse varier d’un État à l’autre aux États-Unis. Aujourd’hui, en Europe, de nombreux pays tolèrent déjà l’utilisation du cannabis médical. D’autres pays dans le monde ont déjà ajouté à leurs lois des moyens d’accepter le cannabis médical, notamment l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Cependant, la liste des pays qui acceptent le cannabis ne cesse de s’allonger.

Effets secondaires du cannabis

Malgré les multiples bienfaits que le cannabis peut apporter à la santé, il est important de noter qu’en cas de consommation non contrôlée, sans la supervision d’un spécialiste, on peut obtenir des résultats négatifs et des effets secondaires très éloignés du plaisir ou du bien-être. Selon la dose consommée, le cannabis peut être toléré sans symptômes indésirables majeurs.

S’il s’agit d’un produit à forte teneur en THC et sans faire attention à la dose, il peut y avoir sédation, hallucinations, euphorie, perte de contrôle moteur, altération de la mémoire et de la perception du temps, et même dépression. D’autres effets du THC peuvent inclure la relaxation musculaire, la tachycardie, la bouche sèche, l’hypotension ou peut-être la lipothymie.

En revanche, s’il s’agit d’un produit à base de CBD, mais sans THC ou avec une concentration minimale, la probabilité d’effets secondaires majeurs est réduite. Le CBD n’est pas psychoactif, mais il pourrait provoquer une relaxation excessive comme effet indésirable, ainsi que perturber le processus de métabolisation d’autres médicaments qui sont absorbés par le foie. Dans tous les cas, avant d’avoir des difficultés, il est préférable de consulter d’abord un médecin.

Conclusion

Les commentaires et les expériences des patients qui ont inclus le cannabis comme alternative thérapeutique ou médicinale dans leur vie sont de plus en plus encourageants. Les propriétés de cette plante pour traiter certaines maladies et troubles lui ont valu de nombreux adeptes, tant dans la communauté médicale que pharmaceutique en général.

Cependant, il reste encore beaucoup à étudier, car les formes d’administration et les doses appropriées et tolérables de cannabis varient d’un patient à l’autre. Un autre aspect à souligner à ce stade est que, comme tout le monde ne peut pas avoir accès au cannabis médical, pour diverses raisons, beaucoup choisissent de le consommer sans supervision ni contrôle par un spécialiste. Ce qui est clair, c’est que le cannabis possède de nombreuses propriétés pour traiter les maladies intestinales, et que la recherche ne fera que s’intensifier à cet égard.

Malgré cela, il existe un déficit d’informations erronées et de risques associés au cannabis, qui, au lieu d’encourager et de promouvoir son utilisation, finissent par avoir des effets plus négatifs. Il est donc nécessaire de faire attention aux formes de consommation et de démontrer par la recherche que le cannabis, plutôt qu’une menace psychotrope, est le médicament dont le monde a besoin aujourd’hui, en particulier pour les maladies intestinales telles que la maladie de Chron et les colites.

Lire la suite
Clic pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avis CBD
fleurs CBD
News CBD
huile cannabis
CBD liquide
Fleur Cannabis
CBD BOX
Fleurs CBD
Herbal SHOP
Fleurs de CBD
vaporisateur Cannabis

ARTICLES POPULAIRES