Connect with us

La marijuana médicale

les questions sur la marijuana médicale qui vous inquiètent et que vous n’osez pas poser.

La présentation de projets de loi visant à réglementer la marijuana médicale a ouvert un débat dans la plupart des pays concernant l’opportunité de cette initiative, les défis auxquels elle est confrontée, ses répercussions, ainsi que la pertinence d’inclure le cannabis parmi les médicaments légaux à usage contrôlé.

Au milieu de la discussion, des préoccupations valables ont été exprimées par différents secteurs, ainsi que par le grand public. Cet article cherche à répondre à plusieurs des questions qui se posent souvent lorsqu’on envisage l’utilisation de la marijuana à des fins médicinales.

L’objectif est de répondre à ces questions sur la base des preuves scientifiques disponibles, qui sont de plus en plus nombreuses. Cela s’explique par le fait qu’il reste encore beaucoup à explorer, et qu’il existe encore de nombreux avantages et risques que nous ne connaissons pas.

Dans cette perspective, il ne s’agit pas de prendre position pour ou contre, mais de fournir des éléments d’analyse afin que chacun puisse se forger sa propre opinion. La politique en matière de drogues, comme toute politique publique, doit être discutée, évaluée et reformulée sur la base des informations disponibles.

La marijuana médicale est-elle inoffensive ?

Taux de mortalité par surdose d’analgésiques opioïdes aux États-Unis, 1990-2010. La légalisation de la marijuana médicale après 2009 a entraîné une réduction de la mortalité par overdose d’opioïdes dans les États américains. Source : Bachhuber et al (2014).

Aucun médicament n’est inoffensif. Comme d’autres substances, le cannabis peut avoir des effets secondaires, tels que la somnolence, la désorientation, la confusion et l’hypotension, qui peuvent être contrôlés en réduisant les doses. Une tolérance se développe pour beaucoup de ces effets et ils disparaissent en quelques jours. Cependant, pour l’usage thérapeutique, il n’y a pas de rapports d’effets négatifs de la consommation de marijuana, tels que des dommages aux poumons ou au système immunitaire, des troubles cognitifs, un syndrome amotivationnel, des troubles du comportement ou des crises psychotiques, entre autres. Un examen systématique de plus de 30 études a révélé que les drogues à base de cannabis ne sont pas corrélées à une augmentation de pratiquement aucun effet secondaire grave. Pour l’usage récréatif, les effets dépendent de la dose, de la fréquence et du mode de consommation.

En ce qui concerne le risque de dépendance, comme pour d’autres médicaments, il augmente avec une utilisation à long terme, ce qui peut se produire dans le cas de douleurs chroniques et de sclérose en plaques. Il convient de mentionner que dans certains cas d’utilisation médicale à long terme, lorsque les symptômes s’améliorent, les gens ont tendance à réduire les doses, à les espacer ou même à cesser de les utiliser. Les données disponibles indiquent qu’entre 9 et 12% des utilisateurs, selon le pays, peuvent développer une dépendance, un pourcentage qui est considérablement réduit dans le cas de la marijuana médicale, qui est soumise à des niveaux de contrôle plus élevés. Les risques de dépendance liés à la consommation récréative et incontrôlée de marijuana, qui sont accrus chez les mineurs, ne doivent pas être écartés8.

Lorsqu’on compare la marijuana médicale à d’autres médicaments antidouleur délivrés sur ordonnance, comme les opioïdes, on constate que les opioïdes sont plus dangereux et créent une plus grande dépendance que la marijuana, comme la Vicodine, l’OxyContine et la morphine.

En fait, dans les États américains où la marijuana a été légalisée, les décès par overdose d’opioïdes ont été réduits de 25 % en remplaçant ces médicaments par de la marijuana médicale9.

Même en considérant la marijuana en général, et pas seulement l’usage médical, les preuves montrent que la marijuana est moins nocive que d’autres substances illégales ou légales, y compris les médicaments couramment utilisés. D’une part, il y a une mortalité plus élevée associée à l’alcool et au tabagisme, alors qu’il n’y a pas de décès par overdose de marijuana documenté dans le monde. D’autre part, une étude qui consulte l’opinion de scientifiques de diverses disciplines détermine que les substances qui causent le plus de dommages aux utilisateurs et aux autres sont l’alcool, l’héroïne et le crack, laissant la marijuana à un niveau de risque beaucoup plus faible.

Dans les États américains où la marijuana a été légalisée, les décès par overdose d’opioïdes ont été réduits de 25 %.

La consommation de marijuana médicale peut-elle être une porte d’entrée vers la consommation d’autres drogues ?

Non, dans la plupart des cas. Si certaines études montrent que la consommation de marijuana précède la consommation d’autres drogues illicites – comme la cocaïne ou la pâte de cocaïne – une grande partie des consommateurs de drogues « douces » ne passent jamais à la consommation de drogues plus « dures ». La marijuana est la substance illicite la plus largement utilisée, en grande partie associée à une grande accessibilité. Cependant, il est difficile d’affirmer que la marijuana est la porte d’entrée vers la consommation d’autres drogues. En fait, l’alcool est la drogue qui précède le plus souvent la consommation de drogues plus dangereuses. En outre, le risque diminue en ce qui concerne le cannabis à usage thérapeutique – qui est limité et formulé dans certaines présentations et dosages.

Il est prouvé que d’autres facteurs que la consommation de marijuana, liés à l’environnement social, aux situations stressantes et à la consommation d’alcool et de tabac, jouent également un rôle. En fait, il a été démontré que la marijuana est efficace comme « passerelle » vers la consommation de drogues dures.

Aucune preuve scientifique ne vient étayer l’affirmation selon laquelle la consommation de marijuana conduira inévitablement à la consommation de drogues plus dures.

L’utilisation de la marijuana à des fins médicales peut-elle entraîner une augmentation de la consommation chez les adolescents qui perçoivent cette substance comme « inoffensive » ?

Non, aucune corrélation n’a été trouvée entre la consommation de marijuana à des fins médicales et l’augmentation de la prévalence dans la population adolescente. Les données disponibles indiquent que dans les endroits où l’utilisation de la marijuana médicale a été approuvée, la consommation n’a pas augmenté dans la population adolescente. Dans le cas des États-Unis, les preuves scientifiques montrent que dans les États où la marijuana a été légalisée pour un usage médical, la consommation chez les jeunes n’a pas augmenté.

Il ne faut pas ignorer que le débat sur la marijuana médicale pourrait réduire la perception du risque par la population adolescente, c’est pourquoi il est nécessaire de délimiter clairement les conditions d’utilisation de la marijuana à des fins thérapeutiques (prescriptions, exigences, entre autres), afin de ne pas stimuler la consommation de la substance en dehors de la sphère thérapeutique. Des campagnes sont également nécessaires pour empêcher l’augmentation de la consommation et la fausse perception que la légalisation de la marijuana médicale équivaut à accepter que cette substance n’a pas d’effets secondaires, ou que son utilisation quotidienne et intense peut avoir des conséquences néfastes.

La réglementation de la marijuana médicale augmentera-t-elle la criminalité associée à la consommation de marijuana ?

Non, il n’y a aucune preuve que la consommation de marijuana soit associée à un comportement violent de la part des consommateurs de marijuana. Les études sur le lien entre la violence et la consommation de marijuana et d’alcool indiquent que la marijuana semble diminuer l’agressivité.

Il existe des preuves d’une tendance à un comportement violent associé à l’abus d’alcool ou de drogues dures comme la cocaïne et l’héroïne. En d’autres termes, la consommation de marijuana ne semble pas entraîner une augmentation de la violence.

Est-ce que tout le monde pourra se rendre chez un médecin pour obtenir une ordonnance pour de la marijuana ?

Cela dépend du cadre réglementaire adopté, même si dans la plupart des cas, les restrictions sont claires. Il existe différents modèles de réglementation, avec différents niveaux d’accès. D’une part, la fabrication et l’enregistrement auprès de l’autorité sanitaire d’une préparation (gouttes, sprays, capsules, huiles, teintures, etc.) contenant les principes actifs du cannabis (THC, CBD) dans une concentration standardisée peuvent être autorisés à la commercialisation, à laquelle on peut accéder avec une prescription médicale pour des maladies ou des affections clairement définies. Un modèle plus ouvert suggère la dépénalisation et l’autorisation de la culture ou de l’achat de la drogue brute dans des dispensaires agréés par le gouvernement, sur présentation d’une carte médicale ou d’un certificat établissant une condition médicale admissible.

Dans les deux cas, il existe un règlement qui définit les conditions médicales de consommation. De même, chaque modèle exige des contrôles stricts, de la même manière que sont réglementés des médicaments tels que la morphine, le méthylphénidate et le Zolpidem, ainsi que la possession de cartes certifiant l’état de santé.

Commencerons-nous par la marijuana pour finir par légaliser toutes les autres drogues ?

Pas nécessairement. De nombreux pays dans lesquels la marijuana médicale a été réglementée n’ont pas ouvert le débat à l’usage récréatif ni inclus d’autres drogues. En fait, dans les 23 États américains où la marijuana a été légalisée pour un usage médical, seuls le Colorado et Washington ont légalisé l’usage récréatif.

En outre, l’usage médical est légal en Autriche, en Belgique, au Canada, en Espagne, en Finlande, en Israël, aux Pays-Bas, en République tchèque et au Royaume-Uni, pays où l’usage non médical n’a pas été légalisé.

D’autre part, les arguments qui ont conduit à la réglementation de l’usage thérapeutique de la marijuana ont été différents de ceux avancés pour la réglementation de l’usage récréatif (par exemple, comme dans le cas de Washington). Dans le cas de l’Uruguay, l’usage récréatif et médical a été légalisé – le second doit encore être réglementé.

La Colombie irait-elle à l’encontre de ses engagements internationaux en ouvrant le débat sur la réglementation de la marijuana médicale ? Serions-nous le « vilain petit canard » de la région ?

Non, de nombreux pays l’ont fait et beaucoup d’autres en discutent. Dix pays dans le monde ont réglementé l’utilisation de la marijuana à des fins médicales et, aux États-Unis, 23 États l’ont fait. Le débat est ouvert dans de nombreux pays d’Amérique latine comme le Brésil, le Chili, le Costa Rica, le Mexique et l’Uruguay.

D’autre part, l’OEA a appelé à la nécessité de trouver de nouvelles approches et des solutions efficaces au problème de la drogue, notamment en envisageant la légalisation de la marijuana médicale.

Pourquoi parlons-nous maintenant de la légalisation de la marijuana médicale ?

En Colombie, le débat sur la légalisation de la marijuana n’est pas nouveau. L’initiative en cours au Congrès (projet de loi 27 de 2014) espère réglementer l’utilisation de la marijuana médicale, qui est déjà autorisée par la Constitution et la loi 30 de 198620.

Constitution de la Colombie, article 49 (modifié par l’acte législatif n° 02 de 2009) : le port et la consommation de substances narcotiques ou psychotropes sont interdits, sauf sur prescription médicale.

Loi 30 de 1986, article 3:21 La production, la fabrication, l’exportation, l’importation, la distribution, le commerce, l’utilisation et la possession de stupéfiants, ainsi que la culture des plantes à partir desquelles ils sont produits, sont limitées à des fins médicales et scientifiques, conformément aux règlements émis à cet effet par le ministère de la Santé.

D’autre part, la Cour suprême colombienne a récemment approuvé l’usage médicinal de la marijuana. La Chambre criminelle de la Cour a indiqué que le projet de légalisation de la marijuana médicale relève du pouvoir de réglementation du gouvernement national Loi 30 de 1986, article 3.

Clic pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.