Connect with us

La marijuana médicale : alternative potentielle pour les maladies graves ?

Les plantes de marijuana sont progressivement considérées comme faisant partie des espèces ayant le plus grand potentiel thérapeutique aujourd’hui, tout comme l’anis, l’eucalyptus, le ginseng, le maté, la réglisse et la valériane, entre autres. Ces dernières années, un intérêt massif pour la marijuana est apparu en raison de nombreuses études montrant son efficacité dans le traitement, la gestion et la « guérison » de certaines des maladies les plus graves et des conditions chroniques connues de l’humanité aujourd’hui. Les termes « huile de CBD » et « crème de CBD » sont de plus en plus courants dans les milieux de la recherche, ainsi que dans les conversations entre patients. C’est ainsi qu’est apparu le nom populaire de marijuana médicale.

La marijuana comme plante médicinaleLes plantes du genre et de l’épice Cannabis sativa (marijuana) sont les seules plantes au monde à pouvoir produire des composés cannabinoïdes connus sous les noms de THC, CBD et CBN (entre autres). Récemment, des chercheurs du monde entier se sont efforcés d’élucider l’utilité thérapeutique de ces composés, trouvant parmi les résultats préliminaires une activité anticancéreuse, antipsychotique, protectrice du stress oxydatif, anti-inflammatoire, antiépileptique et antispasmodique prometteuse, pour n’en citer que quelques-unes.

Dans l’article suivant, nous allons explorer les aspects généraux des caractéristiques des plantes de marijuana, depuis leurs composants, les effets qu’elles produisent dans nos systèmes et les différentes parties du cerveau qui modulent la réponse aux cannabinoïdes.

Les composants de la marijuana médicale

Le cannabis sativa est considéré comme unique dans le monde actuel, car il possède la capacité de produire des composés très similaires à ceux que notre corps produit naturellement. Ces composés ou composants sont connus sous le nom de cannabinoïdes, et bien sûr, ils sont produits dans des proportions et des concentrations différentes selon le type de souche de la plante elle-même. Parmi ces cannabinoïdes, les plus abondants et les plus étudiés sont le paradigmatique tétrahydrocannabinol (THC) et son homologue, le cannabidiol (CBD).

Molécule de THC dans la marijuana

le THC est une molécule très lipophile, c’est-à-dire qu’elle ne se dissout pas bien dans l’eau.

Par exemple, lorsque des substances hydrophiles (solubles dans l’eau) telles que la nicotine ou la caféine pénètrent dans notre système, elles se dissolvent relativement rapidement et facilement dans notre circulation sanguine, produisant les effets correspondants. Ils sont également capables de quitter le corps facilement grâce à notre système d’excrétion. C’est ce qu’on appelle un profil à action rapide.

Dans le cas du THC, on parle d’un profil d’action complètement différent. Lorsqu’il pénètre dans notre organisme, ce composé a tendance à rencontrer des difficultés, il peut même se transférer entre les tissus d’une mauvaise façon, en cherchant constamment à se dissoudre dans des substances qui lui sont similaires, c’est-à-dire dans les parties de notre corps où il y a des niveaux élevés de graisse (tissu adipeux), pour ensuite être lentement libéré. En raison de ce profil d’action particulier, la demi-vie ou le temps de demi-vie du THC est beaucoup plus long que celui des autres substances.

Les cannabinoïdes ont la particularité de pouvoir rester dans notre corps pendant de longues périodes. Ce comportement peut être considéré comme une arme à double tranchant. D’une part, grâce à ce profil d’action d’entrée plus lent et à cette méthode d’excrétion plus lente du corps, notre organisme est capable de s’adapter plus facilement à la perte constante et séquentielle du cannabinoïde, évitant ainsi le syndrome de sevrage bien connu.

Cette particularité fait du THC une molécule au pouvoir addictif très faible, quasi nul, comparé à des substances de synthèse comme la cocaïne, l’héroïne et même l’alcool. Bien entendu, en dehors des contextes biomédical et pharmacologique, la consommation de THC se fait principalement sous la forme de l’inhalation de la fumée de la plante de cannabis. Bien qu’elle ait la capacité de fournir certains effets thérapeutiques, ce n’est pas la forme d’administration la plus appropriée, et encore moins celle qui offre le plus grand contrôle pour obtenir le dosage nécessaire pour obtenir les bénéfices de cette plante.

Après des essais cliniques, le potentiel du THC dans le traitement de certaines maladies chroniques est désormais connu. Malheureusement, en raison de son pouvoir psychotrope, cette molécule est toujours réglementée par les autorités qui, dans leur ignorance, entravent et ralentissent les progrès thérapeutiques qui peuvent être générés.

Heureusement pour nous, le deuxième cannabinoïde le plus abondant est le cannabidiol (CBD), aux propriétés très intéressantes, parmi lesquelles sa capacité à atténuer et à neutraliser les effets indésirables produits par le THC, tels que le manque de coordination, la fatigue, les phobies, etc.

Molécule de CBD dans la marijuana

D’après les études cliniques, aucun effet indésirable, aucune toxicité ni aucune activité psychotrope n’ont été signalés chez les patients. Ses autres propriétés comprennent une activité antitumorale, antiépileptique, antiémétique et anti-inflammatoire. Aujourd’hui, il est possible de trouver ce cannabinoïde sous la forme d’huiles de CBD, et c’est l’une des méthodes les plus utilisées contre l’épilepsie chez les mineurs, avec des résultats vraiment encourageants. Une autre utilisation des produits riches en CBD, tels que les crèmes, consiste à soulager les inflammations et les douleurs musculaires chroniques, notamment chez les patients souffrant d’affections chroniques telles que la polyarthrite rhumatoïde ou la sclérose en plaques.

Cependant, deux facteurs doivent toujours être pris en compte :

  1. la puissance relative et
  2. l’abondance relative de ces composés.

Un équilibre et un dosage appropriés des cannabinoïdes, en particulier du CBD, permettront d’obtenir les processus biologiques souhaités dans l’ordre de grandeur voulu, que ce soit comme anti-inflammatoire ou comme antidouleur, entre autres.

La marijuana médicale et son mécanisme d’action

Pour mieux comprendre comment ces composés agissent, il est nécessaire de comprendre que nos organismes ont la capacité de se lier sélectivement et exclusivement aux composés actifs du cannabis. Celles-ci sont reconnues par des protéines spéciales à la surface de nos cellules, appelées récepteurs, qui sont chargées de capter ou de recevoir ces substances. Chaque médicament et chaque drogue agit selon ce même mécanisme, en se liant à des cellules spécialisées, produisant ainsi l’effet pharmacologique. Parmi les récepteurs cannabinoïdes que nous connaissons aujourd’hui figurent les récepteurs CB1 et CB2. C’est ce qui constitue ce que l’on appelle aujourd’hui le système endocannabinoïde.

A titre d’exemple, les médicaments imitent l’action de composés endogènes (composés que notre corps produit naturellement) afin d’exercer une action avec une puissance spécifique, en fonction de l’objectif thérapeutique recherché.

  • La nicotine imite l’action de l’acétylcholine.
  • La cocaïne imite l’action de la dopamine.
  • La morphine imite l’action de l’enképhaline.

Ces molécules sont capables d’imiter les substances endogènes car elles ont été conçues pour ressembler aux substances endogènes sur le plan chimique. Dans les années 1990, on a constaté que les cannabinoïdes produits naturellement dans le cerveau étaient les plus pertinents sur le plan biologique, que l’on consomme ou non des plantes de cannabis.

Cannabinoïdes présents dans le cannabis médical

Cannabinoïdes dans la marijuana

Les plantes de marijuana nous offrent un arsenal de composés au potentiel thérapeutique immense. A ce jour, en termes thérapeutiques, il n’existe pas d’alternative naturelle à ces cannabinoïdes qui puisse les surpasser.

Les cannabinoïdes comme thérapie conventionnelle

D’autre part, au sein du règne animal, nous ne sommes pas les seuls sur terre à posséder ce mécanisme, l’homo sapiens n’est qu’une espèce parmi tant d’autres dans le monde. Le système endocannabinoïde est présent chez tous les mammifères, poissons, amphibiens, reptiles, vertébrés et oiseaux, qui ont tous la capacité de produire de l’anandamide.

D’un point de vue évolutif et biologique, c’est un système très bien conservé tout au long du développement des différentes espèces, ce qui est considéré comme une preuve solide de son action pour remplir des fonctions primaires et vitales liées à la survie des espèces.

Source de cannabinoïdes

La marijuana est la seule plante au monde capable de produire des cannabinoïdes tels que le THC et le CBD. On connaît aujourd’hui plus de 100 composés cannabinoïdes, mais leur utilité clinique et pharmacologique n’a pas encore été pleinement définie.

Heureusement, le CBD a déjà été accepté comme option de traitement pour les patients mineurs par des organismes de réglementation américains tels que la Food and Drug Administration (FDA).

Les voies d’administration des cannabinoïdes et leur action chez les patients

L’une des voies d’administration les plus courantes est la voie orale, car les huiles de CBD, par exemple, sont absorbées plus efficacement et plus rapidement lorsqu’elles sont prises par voie sublinguale, car elles n’ont pas à passer par l’œsophage/estomac et ne risquent pas d’être dégradées par les acides gastriques.

À ce jour, il n’existe aucune preuve de toxicité liée à la consommation de CBD, et encore moins de cas de décès. Il en va de même pour les patients ou les personnes qui consomment habituellement le THC sous forme d’inhalation, il n’y a pas de surdosage pouvant être mortel, comme c’est le cas pour de nombreux autres médicaments classiques. Mais, comme mentionné ci-dessus, l’inhalation de la plante n’est pas recommandée, en raison du mauvais contrôle du dosage et de la qualité du THC/CBD.

On dit que pour qu’une substance ou un médicament soit bénéfique, il doit fournir des effets thérapeutiques d’un niveau supérieur à ses effets secondaires. Dans le cas des cannabinoïdes, le CBD s’est avéré faire un travail exceptionnel pour amortir les effets indésirables des médicaments ou des thérapies conventionnels tels que la chimiothérapie. De plus, le CBD a la capacité d’atténuer, voire d’annuler, les effets produits par le THC.

Opportunités thérapeutiques

Comme on le sait maintenant, l’inhalation de THC entraîne une augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins, c’est-à-dire une diminution de la pression artérielle. Nos organes doivent envoyer des signaux au cœur et pomper le sang avec plus de force pour essayer de compenser cette diminution. Dans le cas d’un patient souffrant d’une complication cardiaque, cela peut entraîner une tachycardie. Cependant, l’utilisation du THC dans les essais cliniques à doses contrôlées ne provoque pas ces problèmes dans les modèles expérimentaux.

Applications thérapeutiques possibles de la marijuana médicale :

Effet Application thérapeutique possible
Inhibition des nausées et des vomissements en chimiothérapie
Stimuler l’appétit Cachexie dans le cancer et le sida
Analgésie des douleurs névrotiques et oncologiques
Antispasticité SEP (sclérose en plaques), maladie de Parkinson
Anticonvulsions Épilepsie (syndrome de Dravett)

Fonction des cannabinoïdes dans le cerveau

Le THC a un effet sur la mémoire (Hippocampe) et la mémoire à court terme. Mais d’un point de vue biologique : pourquoi la nature nous fournirait-elle un tel mécanisme d’oubli endogène ?

Le stockage, le traitement et le rappel des souvenirs est un processus absolument crucial pour la survie de l’être humain en tant qu’espèce, mais il en va de même pour sa capacité à oublier les souvenirs superflus ou les souvenirs traumatisants (guerres, accidents, viols, etc.). C’est pourquoi nous possédons un système qui s’efforce constamment de remplir cette fonction, il s’agit bien sûr du système endocannabinoïde. Le fait que ce système endogène soit présent est considéré comme un avantage évolutif.

Conclusions sur le potentiel de la marijuana médicale

En conclusion, ce qui intrigue les chercheurs, les médecins et les patients, c’est la double nature de cette plante : d’une part, elle a la capacité d’enivrer et d’obscurcir les pensées, et d’autre part, elle possède la capacité de guérir, de soigner et d’apaiser. C’est cette double nature qui le rend si énigmatique et intriguant. Heureusement, les thérapies et les utilisations de la marijuana dans la pharmacologie moderne ont déjà surmonté certains des préjugés les plus forts et aspirent lentement mais sûrement à devenir une alternative officielle dans la médecine moderne.

L’efficacité des cannabinoïdes comme médicaments palliatifs pour différentes maladies a déjà été démontrée. Ils sont utiles comme alternative pour les patients qui ne supportent pas les solutions actuelles ou qui n’y répondent pas efficacement. Une autre utilisation potentielle est l’intégration des cannabinoïdes dans les thérapies conventionnelles, connue sous le nom de thérapie combinée ou thérapie mixte.

Enfin, les cannabinoïdes sont présentés comme une alternative pour améliorer la qualité de vie des patients. Les composés basés sur ces molécules ont la capacité de pallier, d’atténuer et de contrôler un grand nombre d’effets indésirables (nausées, vomissements, anxiété, douleur, état mental) des thérapies actuelles, ce qui constitue une alternative peu coûteuse, capable d’être acquise par un plus grand nombre de personnes.

Les cannabinoïdes de la marijuana médicale nous offrent des possibilités thérapeutiques d’une importance considérable et même acceptées aujourd’hui par la pharmacologie officielle. Espérons que, tôt ou tard, la médecine officielle les intégrera dans sa pratique conventionnelle, brisant ainsi les préjugés qui retardent les progrès dans l’aide apportée à des centaines de milliers de patients.

Clic pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.